Catégories
Non classé

Pub courte ou longue ? On se refait le match.

Voici un débat qui n’a jamais mis les publicitaires d’accord, et encore moins les marques ! Et à l’heure des réseaux sociaux, avec des feeds surchargés, pas facile de trancher entre une publicité courte ou longue sur Facebook ? On pourrait penser que le court serait plus impactant pour capter vite l’attention de notre audience et la faire cliquer vite fait bien fait. Et bien en fait, ce n’est pas aussi simple que cela.

Une accroche en 3 mots maximum ? La blague !

En fait, la communication, c’est avant tout du bon sens. Et surtout le sens de la communication ! Le principal comme le disait, David Ogilvy, un des mentors de la publicité, c’est de bien écrire. Qu’est-ce que cela veut dire ? 

Court ou long, une seule règle : Écrire comme on parle. Naturellement. (Cf le point 2 ci-dessus)

Ne pas chercher à rendre les choses compliquées. Il faut que le lecteur puisse comprendre le message sans avoir à se creuser la tête. Utiliser des mots courts, des phrases courtes et des paragraphes courts. Dans l’idéal, laisser poser les textes et se relire le lendemain pour avoir un peu de recul, ou comme David Ogilvy le disait, (oui encore lui) faire relire ses textes par un collègue ou lui demander de l’améliorer. Bon, ça, ce n’est pas toujours gagné… 

Certains les aiment longs.

Alors textes courts ou longs, lesquels ont les plus d’impact ? La réponse courte à cette question, c’est que…les textes longs ont une plus grande probabilité de fonctionner avec des personnes qui ne connaissent pas votre marque ou votre produit. Mais dans la réalité, l’un n’est pas meilleur que l’autre.

Moi, j’ai un gros penchant pour les publicités longues. J’adore le storytelling. Raconter des histoires, c’est le leitmotiv des copywriters. On embarque nos lecteurs pour faire passer un message intense et on leur donne le plus d’informations possibles, jusqu’aux moindres détails.Ceux qui auront pris le temps de lire la publicité dans son intégralité seront à coup sûr des visiteurs de qualité. Le taux d’interactions est ainsi généralement plus élevé avec des pubs longues. L’inconvénient ? C’est que beaucoup n’iront pas au bout de la lecture….

Mais parfois j’adopte le style court parce que …

Parfois, quand c’est clair en quelques mots, pourquoi se compliquer la vie et surtout celle de nos clients/prospects ? Surtout que beaucoup d’entre eux n’ont pas beaucoup de temps à accorder à nos messages et qu’ils deviennent de plus en plus sélectifs. Les textes courts sont particulièrement efficaces quand notre cible connait bien la marque, pour une promotion par exemple ou un message teaser qui va piquer la curiosité de nos lecteurs. Gros avantage : une publicité avec un texte court apporte généralement un taux de clic plus haut versus une publicité avec un texte beaucoup plus long. L’inconvénient, c’est que la qualité des visiteurs est moins bonne.

Et si ce n’était pas la taille qui compte !

Court ou long, au final ce qui prime c’est bien évidemment la qualité du texte. Alors à vos plumes les rédacteurs.rices !

Catégories
Non classé

Color Block, à la mode un jour, à la mode toujours !

Par Laurie Weill, Designer.

Une image contenant personne, famille

Description générée automatiquement

Après l’engouement pour les années 80, c’est au tour des années 90 de revenir sur le devant de la scène. Le retour en force de cette esthétique se retrouve en effet partout depuis déjà quelques temps : sur nos écrans (coucou Stranger Things), dans notre dressing (coucou le 501), dans nos oreilles en soirée (coucou les Spice Girls) et même au rayon boisson (coucou le Cacolac).

Cette folie nostalgique pour cette période marquée par les débuts de la technologie, et surtout un imaginaire pop qui a envahi tous les médiums, a eu plusieurs visages ces dernières années. En matière de web design, on pense tout de suite au brutalisme qui a été un véritable raz-de-marée à partir de 2018, avec une DA marquée par une esthétique basique voir volontairement inesthétique, inspirée des débuts du HTML (coucou le wireframe de Balenciaga).

Une image contenant personne, famille

Description générée automatiquement
Brutalist Websites

Cette année, j’observe trois tendances se dessiner à partir de cette décennie chérie de tous : le design Memphis (des visuels hauts en couleurs basés sur des formes asymétriques), les émojis simplifiés à l’extrême et, enfin, le color block. Le color block, comme son nom le laisse deviner, c’est l’utilisation de carreaux de couleurs, vifs et audacieux qui s’inspire… des tenues des années 90 !

Un peu d’histoire : le color block est en fait apparu il y a déjà bien longtemps pendant le mouvement artistique moderniste du XXe siècle. Pionnier de ce style, le peintre abstrait hollandais Piet Mondrian est surtout connu pour son œuvre classique Composition avec grand avion rouge, jaune, noir, gris et bleu (1921). Dans cette œuvre, Mondrian utilise des lignes noires pour délimiter des sections asymétriques de couleurs primaires plates sur un fond blanc. Parmi les autres figures clés du color block, nous pourrions citer l’exploration des interactions entre les couleurs de Josef Albers (notamment dans sa série Homage to the Square) ou bien encore les collages de couleurs découpées d’Henri Matisse.

Homage to the Square, Josef Albers

En fait, le color block, bien que partout en ce moment, est déjà là depuis longtemps, même dans la communication. On pense par exemple à Monoprix qui en a fait la base de sa charte graphique il y a déjà plus de dix ans et qui a utilisé ce système pour fêter ces 90 ans. Et cela se comprend bien : grâce à sa conception haute en couleurs, à son énergie et à ses contrastes, le color block permet d’impacter visuellement.

Aujourd’hui, on peut parler de « vintage-refreshed », puisque grâce au motion ou bien au développement web, le color block devient mobile, évolutif… Bref, un outil terriblement ludique et efficace pour créer des identités en mouvement. Aujourd’hui, le color block n’impose plus forcément de n’utiliser que des carrés ! Il s’agit toujours bien de la superposition de couleurs vives appliquées en aplats, mais la forme reste libre et peut explorer toute une palette de formes géométriques allant des rectangles aux cercles, des disques aux rayures…

À la mode hier, à la mode aujourd’hui, cette technique de conception est susceptible de rester demain en raison de sa simplicité et de son caractère presque universel.

LIPPI, un site inspiré par cette tendance développé par l’agence.
https://www.devenirfranchiselippi.com/

Catégories
Non classé

GACD présent au salon ADF 2021

Nous sommes fiers d’avoir créé et décliné tout l’univers graphique de GACD, distributeur de matériels et d’équipements pour les cabinets dentaires, lors du salon ADF au Palais des Congrès. Une collaboration qui (RE)donne le smile !

Un travail de conception d’abord, puis de création d’univers graphique et de déclinaison, qui a fait travailler de concert l’ensemble du pôle créatif de l’agence.