Catégories
Mission complete !

Retour sur un succès : la Convention Courtage 2022

Organisée par l’agence pour Sygma BNP Paribas Personal Finance, la Convention Courtage 2022 a réuni derrière leur écran près de 200 courtiers VIP. Ils ont pu découvrir en avant-première pendant près de deux heures les tendances et innovations de l’année à venir. L’occasion pour l’agence de mettre au service de son client la fusion de ses trois métiers : la création de contenus, le digital et la communication.

Un concept fort, « La Maison Sygma »

« Pour ce quatrième évènement digital orchestré par nos soins, et toujours en collaboration avec la plateforme digitale AppCraft, nous avons décidé d’installer ’’La Maison Sygma’’ au cœur des studios de Webedia » explique Alain Murcia, co-fondateur de l’agence. « Nous voulions raconter une histoire afin de donner à l’évènement une véritable identité capable de rassembler. »

Au programme, une bibliothèque pour en apprendre un rayon sur les consommateurs et les services digitaux, une cuisine dans laquelle se concocte l’approche client, un salon pour débattre des idées de demain. « Cet évènement se pense comme une émission TV, avec un concept qui se décline dans un décors multi-lieux, dans les habillages, le générique, sans oublier une tonalité et un style éditorial propriétaire », explique Maëva Caro, cheffe de projet. 

Le contenu, l’ingrédient indispensable

« La convention a été très plébiscitée, 95% des participants sont restés jusqu’au bout, ce qui est considérable compte tenu de sa durée de deux heures », se félicite Alain Murcia. Effectivement, pour rythmer l’évènement, l’agence a conçu de nombreux contenus qui ont été diffusés tout au long de la convention (vidéos, infographies…). Sebastien Borgnat, journaliste présentateur, a su mener les différentes interventions sans jamais laisser retomber l’énergie présente au sein du studio.

L’interactivité au cœur de l’évènement

« Un évènement digital, c’est finalement comme une émission de TV live mais avec la participation active et multiple du public, un peu comme ce qui se fait beaucoup sur Twitch », explique Maëva Caro. La plateforme conçue par AppCraft a effectivement permis de mettre en place des ateliers en fin d’évènement pour mettre en relation les spectateurs avec les experts Sygma.

Cette même plateforme a d’ailleurs aidé au succès de l’évènement en présentant en amont le programme aux participants et en proposant un système d’inscription fluide.

Envie d’en savoir plus sur les avantages d’un évènement digital ? Alain Murcia, sur un autre plateau, en expose tous les bénéfices… et les clés de réussite.

Catégories
Non classé

Color Block, à la mode un jour, à la mode toujours !

Par Laurie Weill, Designer.

Une image contenant personne, famille

Description générée automatiquement

Après l’engouement pour les années 80, c’est au tour des années 90 de revenir sur le devant de la scène. Le retour en force de cette esthétique se retrouve en effet partout depuis déjà quelques temps : sur nos écrans (coucou Stranger Things), dans notre dressing (coucou le 501), dans nos oreilles en soirée (coucou les Spice Girls) et même au rayon boisson (coucou le Cacolac).

Cette folie nostalgique pour cette période marquée par les débuts de la technologie, et surtout un imaginaire pop qui a envahi tous les médiums, a eu plusieurs visages ces dernières années. En matière de web design, on pense tout de suite au brutalisme qui a été un véritable raz-de-marée à partir de 2018, avec une DA marquée par une esthétique basique voir volontairement inesthétique, inspirée des débuts du HTML (coucou le wireframe de Balenciaga).

Une image contenant personne, famille

Description générée automatiquement
Brutalist Websites

Cette année, j’observe trois tendances se dessiner à partir de cette décennie chérie de tous : le design Memphis (des visuels hauts en couleurs basés sur des formes asymétriques), les émojis simplifiés à l’extrême et, enfin, le color block. Le color block, comme son nom le laisse deviner, c’est l’utilisation de carreaux de couleurs, vifs et audacieux qui s’inspire… des tenues des années 90 !

Un peu d’histoire : le color block est en fait apparu il y a déjà bien longtemps pendant le mouvement artistique moderniste du XXe siècle. Pionnier de ce style, le peintre abstrait hollandais Piet Mondrian est surtout connu pour son œuvre classique Composition avec grand avion rouge, jaune, noir, gris et bleu (1921). Dans cette œuvre, Mondrian utilise des lignes noires pour délimiter des sections asymétriques de couleurs primaires plates sur un fond blanc. Parmi les autres figures clés du color block, nous pourrions citer l’exploration des interactions entre les couleurs de Josef Albers (notamment dans sa série Homage to the Square) ou bien encore les collages de couleurs découpées d’Henri Matisse.

Homage to the Square, Josef Albers

En fait, le color block, bien que partout en ce moment, est déjà là depuis longtemps, même dans la communication. On pense par exemple à Monoprix qui en a fait la base de sa charte graphique il y a déjà plus de dix ans et qui a utilisé ce système pour fêter ces 90 ans. Et cela se comprend bien : grâce à sa conception haute en couleurs, à son énergie et à ses contrastes, le color block permet d’impacter visuellement.

Aujourd’hui, on peut parler de « vintage-refreshed », puisque grâce au motion ou bien au développement web, le color block devient mobile, évolutif… Bref, un outil terriblement ludique et efficace pour créer des identités en mouvement. Aujourd’hui, le color block n’impose plus forcément de n’utiliser que des carrés ! Il s’agit toujours bien de la superposition de couleurs vives appliquées en aplats, mais la forme reste libre et peut explorer toute une palette de formes géométriques allant des rectangles aux cercles, des disques aux rayures…

À la mode hier, à la mode aujourd’hui, cette technique de conception est susceptible de rester demain en raison de sa simplicité et de son caractère presque universel.

LIPPI, un site inspiré par cette tendance développé par l’agence.
https://www.devenirfranchiselippi.com/